World Travel Guides


Italie du Sud - Attractions


Naples et Pompéi

La capitale de la Campanie se love dans la superbe baie de Naples dominée par le cratère du Vésuve. Cette ville densément peuplée et bouillonnante de vie offre l'image caractéristique de ses quartiers populaires, avec le linge qui sèche au-dessus des ruelles et les Vespa pétaradantes.

La piazza del Plebiscito, sur laquelle donnent le palais royal (XVIIe siècle) et la galerie Umberto, constitue le centre de la vie publique. L'aspect pittoresque du vieux Spacca Napoli contraste avec les quartiers résidentiels du Vomero et du Pausilippe sur les hauteurs de la ville. Le château Neuf, une forteresse angevine du XIIIe siècle, se dresse près de l'embarcadère des ferries. Plus loin sur le front de mer, le château de l'Ouf, édifié par les Normands, voisine avec le port de Santa Lucia. Comme Milan, Naples possède un opéra de renom, le San Carlo, à la belle architecture néoclassique. Enfin, le musée Archéologique National recèle une magnifique collection de sculptures gréco-romaines ainsi que des pièces antiques inestimables mises au jour à Pompéi et à Herculanum.

Le site de Pompéi est facilement accessible depuis Naples. Cette petite cité prospère, ensevelie sous une pluie de cendres par l'éruption du Vésuve en l'an 79, donne un bon aperçu de la vie quotidienne à l'époque romaine. En vous promenant à travers ses vestiges, vous pourrez admirer, outre des bâtiments publics (temples, forum, amphithéâtre.), de somptueuses villas décorées de fresques et de mosaïques.

La côte amalfitaine

Située entre Sorrente et Salerne, au sud de Naples, la côte amalfitaine se classe parmi les plus belles régions littorales d'Europe. Sur une cinquantaine de kilomètres, la route serpente le long d'une corniche surplombant la mer d'un bleu intense, traversant des villages de carte postale construits à flanc de rocher. Devenu une station balnéaire huppée, le bourg de Positano, accroché à une éminence, conserve une physionomie très orientale. Amalfi, l'ancienne cité maritime rivale de Gênes et de Pise, exhibe pour preuve de sa splendeur passée sa cathédrale et son arsenal. Plus loin, les villas de Ravello s'agrémentent de superbes jardins. Quant à Salerne qui servit de point de débarquement aux Alliés, les ravages de la Deuxième Guerre mondiale ont en grande partie effacé les traces de son histoire.

Le parc national des Abruzzes

Créé en 1923, le parc national des Abruzzes s'organise autour d'une ancienne chasse royale. Il comprend les 40 000 hectares de la vallée du Sangro, dans les Apennins (plus une zone extérieure protégée de 60 000 hectares). Son cadre de forêts et de hauts plateaux abrite une faune sauvage exceptionnelle en Italie. Il s'agit en particulier du dernier refuge de l'ours brun et du loup des Apennins. Vos chances d'apercevoir un plantigrade demeurent toutefois minimes car on recense à ce jour moins d'une centaine d'individus. Parmi les animaux rares, citons aussi le chamois des Abruzzes et le lynx des Apennins, réintroduit dans la région après sa disparition au tournant du XXe siècle. En tout, quarante espèces de mammifères (chats sauvages, renards, fouines, martres, cerfs.) cohabitent avec près de 300 variétés d'oiseaux, dont le faucon et l'aigle royal. Le parc se prête autant à des promenades familiales qu'à de longues randonnées. Il est en revanche interdit de s'éloigner des sentiers balisés. La ville de Pescasseroli constitue la meilleure base de départ.

Lecce

Si vous ne devez visiter qu'une seule ville des Pouilles, préférez Lecce à Bari, le chef-lieu régional industriel et sans grand attrait. Bien que située à l'intérieur des terres, Lecce présente toutefois l'agréable avantage de se trouver à proximité de la côte adriatique et de la mer Ionienne. Prise par les Romains au IIIe siècle avant J.-C., la cité passa successivement sous les dominations byzantine, normande et souabe. C'est toutefois entre le XVIe et le XVIIIe siècle qu'elle traversera sa période la plus faste. En témoignent la présence de belles constructions Renaissance mais surtout le développement de l'architecture baroque raffinée, le barocco leccese, qui la caractérise.

Sur la piazza Sant'Oronzo, au cour de la ville, s'élève une colonne romaine supportant le saint patron local. Elle faisait jadis pendant à celle de Brindisi, à l'extrémité de la via Appia. Sous le niveau de la place, l'amphithéâtre romain du IIe siècle présente une structure relativement bien conservée. Après l'austérité des vestiges antiques, l'opulence de l'église Santa Croce - la quintessence baroque de Lecce - explose à la face du visiteur. Commencée en 1548 par Giuseppe Riccardi, elle fut achevée près d'un siècle plus tard par Giuseppe Zimbalo. Derrière sa façade ornée de six colonnes aux chapiteaux zoomorphes se dissimule un intérieur plus conforme aux canons de Renaissance. Le palais du Gouvernement attenant est l'ouvre du même architecte. Le festival baroque continue avec la piazza del Duomo, véritable scène de théâtre. On a peine à croire que la cathédrale, entièrement remaniée par Zimbalo, date en réalité du XIIe siècle. La statue de sant' Oronzo trône au sommet de son campanile, haut de 68 m. Le palais épiscopal d'époque Renaissance, transformé en 1632, arbore une ravissante loggia. A noter aussi : la jolie façade du séminaire dessiné par Giuseppe Cino (1709) et le puits dans la cour intérieure. Vestige de l'occupation normande, l'église SS Nicolo e Cataldo (1180) conserve un beau portail roman qui tranche avec sa façade immanquablement. baroque.

Matera

Petite ville de la Basilicate, Matera se distingue par ses sassi, d'étonnantes habitations troglodytes dont la tradition remonte au néolithique. Les moines fuyant les crises iconoclastes de l'Empire byzantin y trouvèrent refuge entre le VIIIe et le XIIIe siècle et répandirent dans la région ce type particulier d'architecture souterraine. Au cours des années 50, les sassi devinrent le symbole de la misère endémique dont souffrait la Basilicate, illustrée dans Le Christ s'est arrêté à Eboli, de l'écrivain Carlo Levi. Les quelque 20 000 personnes - soit la moitié de la population de Matera - qui s'y entassaient alors dans des conditions épouvantables furent progressivement relogées. Aujourd'hui, des gens reviennent vivre dans des sassi rénovés, mais il s'agit désormais d'une mode concernant une poignée d'artistes et d'intellectuels et non d'une nécessité.

Le Sasso Caveoso se présente comme un dédale de maisons en partie creusées dans la roche et reliées entre elles par un dédale de terrasses, de passages et d'escaliers. Dans l'église rupestre Santa Maria de Idris, vous pourrez admirer des fresques des XIVe et XVIe siècle. Elle donne sur un deuxième sanctuaire (VIIIe siècle) troglodyte, décoré de peintures médiévales. Pour découvrir les autres églises ainsi que le monastère de la Madonna della Virtù, nous vous recommandons de prendre un guide.

Construite au XIIIe siècle, la cathédrale de Matera n'a rien à voir avec les sassi et offre au regard une architecture romane typique des Pouilles.

Le massif de la Sila

Si vous descendez jusqu'en Calabre, les paysages du massif de la Sila vous séduiront sans doute davantage que les villes de la région. Recouvert d'alpages, de vertes forêts et de lacs tranchant avec l'habituelle austérité de la nature calabraise, celui-ci s'étend du nord de Cosenza à Catanzaro. Moins spectaculaires que les montagnes du nord de la péninsule, ses plus hauts sommets culminent aux environs de 2 000 m. Vous pourrez y pratiquer la randonnée et le ski dans de petites stations de sports d'hiver telles Camigliatello Silano et Lorica. A San Giovanni in Fiore, la principale ville de la Sila, les femmes âgées portent encore le costume traditionnel d'origine albanaise.



Hosting by: Linux Hosting
Travel Guides | Guides Site Map | Indian restaurant | Daily deals
© WorldGuides 2018. All Rights Reserved!